Les amendements sont utilisés dans la cuture de la vigne pour améliorer la qualité du sol et le rendre plus productif. Contrairement l’engrais qui consiste à accroitre une récolte bien définie, ces techniques tablent sur le long terme.

L’amendement idéal pour la vigne

Il faut garder à l’esprit que tous les amendements n’ont pas le même impact sur le sol et la vigne. L’apport des amendements organiques d’origine végétale qui contiennent de la cellulose et de la lignine est indispensable pour maintenir un bon niveau d’humus dans le sol. Les matières organiques d’origine animale libèrent les éléments minéraux plus rapidement mais ne rendent pas le sol riche en humus durablement.

L’amendement prévient les érosions et stimule l’activité biologique du sol

Les amendements organiques visent à améliorer la structure du sol. Ils limitent la compaction et l’érosion. Les amendements améliorent également les propriétés physiques et chimiques du sol. Ils assurent l’alimentation de la plante tout en favorisant la capacité d’échange cationique et l’apparition des éléments fertilisants. Ils visent à stimuler indirectement l’activité biologique du sol. En d’autres mots, les amendements ont pour but d’entretenir de la fertilité du sol afin de bien nourrir la vigne, ce qui va assurer la qualité des raisins produits.

Les points importants à retenir sur les amendements

En voici quelques contraintes spécifiques de la vigne :

  • L’enracinement de la vigne doit être assez profond
  • Les rangs doivent être bien étroit car ce sont des contraintes fortes pour l’épandage
  • Les amendements doivent compléter la plante vivace ou plante pérenne, qui est une importante source de restitutions humiques.
  • La minéralisation azotée de printemps peut apporter son écot à un prélèvement de la vigne.
  • La production de raisin de cuve, visant à produire du vin de qualité à rendement modéré, requiert moins d’éléments fertilisants
  •  Les besoins en azotes sont également limités pour la production de vin de qualité.

Le paillage est-il nécessaire pour la viticulture ?

Le paillage consiste à couvrir le sol avec des paillis d’origine naturelle organique ou minérale. Le concept du paillage est de reproduire le phénomène que le sol subit naturellement dans la forêt.  La technique de paillage s’applique aussi bien à la viticulture qu’au potager ou au pieds des jeunes arbres. Il faut juste s’assurer que les couvertures influent la plante à différents nivaux et le sol également.

Les vices du paillage c’est qu’il maintien l’humidité et atténue les variations de la température du sol couvert et améliore sa structure. Il limite de désherbage, favorise la croissance de la vigne.